S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

François Bayrou : "Cet assaut a fait l'effet d'un electrochoc"

Monument of Independence in Kiev, Ukraine
Andreas Wolochow / Shutterstock.com

"La présence de chacun d’entre vous est le signe de l’émotion considérable que ressentent les français, tous les européens et beaucoup d’opinions publiques dans le monde, devant la décision insensée qui est celle de Vladimir Poutine, enfermé dans la solitude de sa dictature, prêt à tout pour un projet fou, un projet expansionniste, impérialiste, que l’on a déjà connu dans notre histoire, qui est de s’emparer du territoire voisin comme on le faisait il y a quatre ou cinq siècles.

C’est évidemment la guerre qui est le moyen choisi. Une guerre de conquête, faisant fi de tous les principes que les peuples avaient établis après la deuxième guerre mondiale et entre la première et la deuxième, pour se donner des principes à respecter. Respecter l’indépendance, respecter la liberté des peuples et l’intégrité des états. C’est tout cela que Vladimir Poutine a décidé de briser. Quand on relit l’histoire, on s’aperçoit que ce plan est en marche depuis des années voire depuis son installation. Ce plan consiste à poser des jalons, à prendre des décisions reliées les unes aux autres et à chercher des relais dans les opinions publiques pour défendre des thèses indéfendables. Cette conquête militaire, cette invasion d’un pays indépendant, l’Ukraine, reconnu par la communauté internationale, fait l’effet d’un électrochoc sur tous les peuples que nous constituons dans le grand ensemble européen et dans l’Union Européenne bien sûr. La Finlande ou la Suède ont, par exemple, décidé de sortir de la neutralité qui leur était imposée depuis des décennies, choqués qu’ils étaient par cette offensive. Il n’y a qu’un seul peuple sur lequel ça n’a pas pu faire cet effet. C’est le peuple russe parce qu'il n’a aucune information. On a contacté des amis, qui nous expliquent que dans l’opinion publique russe, on raconte que c’est une opération de maintien de l’ordre au Donbass. Et on ne dit rien de l’assaut contre l’Ukraine, de l’assaut contre Kiev et contre les autres villes ukrainiennes. C’est évidemment quelque chose d’autant plus choquant. C’est pourquoi nous avons tous une responsabilité. Tous, comme citoyens français, européens, et citoyens du monde, qui se refusent à voir recommencer les cauchemars que nous avons déjà, hélas, trop vécus dans le siècle qui vient de s’écouler.

Il y a une deuxième chose. Ailleurs dans le monde, d’autres puissances rêvent, à leur tour de rééditer une opération comme celle-là. Voilà pourquoi notre alerte, notre mobilisation, notre protestation doivent s’amplifier, car je ne suis pas certain que nous soyons au bout de cette tragédie. Donc merci à tous d’être là.

Evidemment, nous allons chercher des moyens plus directs d’aider le peuple ukrainien. D’abord parce que nous pouvons participer à transmettre des secours, des aides, des moyens matériels supplémentaires, pour aider le gouvernement et le peuple ukrainiens. Et parce que nous allons devoir accueillir des réfugiés. Ces derniers jours, j’ai reçu plusieurs propositions de nos concitoyens qui se disent prêts à accueillir des réfugiés qui peuvent avoir besoin de notre secours et de notre attention.

Je veux dire enfin un dernier mot : ce rassemblement a aussi le sens d’un soutien admiratif au dirigeant ukrainien qui résiste. Le courage du Président Zelensky honore la mission d’un homme d’état, à la hauteur de l’Histoire. Et je suis fier que les dirigeants européens aient faits des pas décisifs. Pendant très longtemps, on a déploré que les gouvernements européens soient timorés, hésitants sur bien des domaines qui concernent la défense et la liberté. Il y a un éditorialiste qui a dit que l’on avait fait en 24 heures, des pas plus importants qu’en quarante années, dans la solidarité des peuples européens et dans le constat que la liberté se défend. Voilà pourquoi je suis particulièrement heureux de votre présence, de la présence des élus. Merci à tous car ce que vous faites là dépasse de très loin les gestes habituels dans les situations habituelles. Nous sommes dans une situation extraordinairement dangereuse et votre présence est pour moi un signe déterminant de notre mobilisation. Merci à tous et vive l’Ukraine libre."

François Bayrou
Pau, le 28 février 2022