S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

Frédéric Petit en soutien à l’opposition bélarusse pacifique exilée à Vilnius

drapeau opposition belarusse
uzhursky - Shutterstock.com

Frédéric Petit, Secrétaire général adjoint du Parti Démocrate européen, s’est rendu à Vilnius le lundi 25 octobre dernier afin de continuer son travail de soutien à l’opposition bélarusse pacifique exilée dans la capitale lituanienne. Il y a rencontré de nouveau les équipes de Svietlana Tsikhanouskaya afin d’avancer sur l’organisation de formats « interparlementaires » européens dédiés à la résolution de la crise bélarusse et au maintien du dialogue avec l’opposition. Ils ont également évoqué la nécessité de mettre en place une médiation entre l’opposition en exil et le régime actuel, comme il le dit depuis plus d’un an : cette crise va ressembler aux dernières années de Solidarnosc et devra se finir par une Table Ronde. 

Il y a rencontré également Mantas Adomenas, vice-ministre des Affaires Étrangères lituanien, qui lui a confirmé ses inquiétudes de son pays quant à la guerre hybride déclarée par le dictacteur bélarusse à la Pologne, la Lituanie et la Lettonie. Il lui a rappelé qu’il s’agissait d’une agression envers les pays de l’Union européenne avant tout.

Plus tard, il a fait la connaissance de Nicolas de Bouillane de Lacoste, ancien Ambassadeur de France à Minsk, et qui a dû quitter en octobre la capitale bélarusse parce qu’il refusait de donner ses lettres de créances à un président illégitime. Il y a rencontré un homme très courageux, fidèle serviteur du Quai d’Orsay et des intérêts de la France, un homme avec une grande culture de l’état. Alors que sa mission était périlleuse à Minsk, il a honoré sa fonction en assistant aux parodies de procès des prisonniers politiques pour marquer la présence de la France auprès des opposants, des opprimés. Frédéric Petit travaillera désormais étroitement avec lui afin de trouver des solutions à cette crise qui s’enlise.