S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

Indications géographiques : source de développement territorial

Irene Tolleret
European Parliament

Le système des indications géographiques de l’Union européenne est un grand succès : les produits agroalimentaires et les boissons dont les noms sont protégés par l’UE en tant qu’indications géographiques (IG) sont au nombre de 3 207 et représentent une valeur de près de 75 milliards d'euros. Elles représentent 15,5% du total des exportations agroalimentaires de l'UE.

Ce système de qualité protège les dénominations de produits originaires de régions spécifiques qui offrent une qualité supérieure en jouissant d’une réputation liée au territoire de production, comme le « Comté», l’« Irish Whiskey », le « Parmesan », le jambon « Westfälischer Knochenschinken », le vin de Porto, le fromage Manchego et beaucoup, beaucoup d’autres, dont bien sûr tous les vins IGP/AOP !

Les indications géographiques ne sont pas seulement synonymes de produits de qualité, de protection d’un savoir-faire ancestral, elles sont source de développement territorial car elles participent à la lutte contre la dépopulation des zones rurales, à l’attractivité touristique et garantissent aux agriculteurs des revenus plus rémunérateurs que dans les filières non protégées.

Par ailleurs, les indications géographiques sont de véritables ambassadrices de la culture gastronomique européenne dans les pays tiers, amplifiant la réputation de toute l’agriculture européenne.

Une révision de la politique européenne en matière d’indications géographiques est actuellement en cours. La Commission a présenté son projet qui sera maintenant à l’étude au Parlement européen et au Conseil des Ministres de l’Agriculture de l’Union européenne.

Irène Tolleret, députée européenne, co-présidente de l’intergroupe Vins, Spiritueux et Produits de qualité et membre du PDE, sera chargée pour le groupe Renew Europe de négocier cette réforme avec les autres groupes politiques du Parlement européen.

Le groupe a décidé de compter sur son expertise technique pour améliorer la protection de nos indications géographiques. En effet, avant d’être élue, Irène Tolleret a acquis une grande connaissance sur ces sujets, entre autres en tant que directrice marketing d’un groupe coopératif viticole en Occitanie où elle a développé des programmes valorisés améliorant la rémunération des viticulteurs en AOP, soit par l’innovation soit par la segmentation, permettant d’améliorer l’image globale des vins de la région, après une première expérience de développement des vins de cépage en IGP. En outre, depuis le début de sa mandature européenne, elle a étoffé son expérience en co-présidant l’Intergroupe Vin, Spiritueux et Produits de Qualité au Parlement européen.

« Cette révision des indications doit nous permettre de renforcer notre système de qualité, mieux protéger les excellences européennes, améliorer la réputation de ces produits, et lutter contre la fraude. En outre, nous devons passer de l’approche ‘Think global, sell local’ à l’approche ‘Think local, and sell global’. Un produit doit être en osmose avec l’environnement où il est produit et ensuite, nous pouvons le faire rayonner dans le monde entier. » estime Irène Tolleret.