S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

"L'axe de mon travail ? Œuvrer concrètement pour une Europe des citoyens et des régions qui porte bien son nom."

Tobias_Gotthardt
Phillip Seitz

Tobias Gotthardt siège au parlement du Land de Bavière pour le FREIE WÄHLER depuis 2018. Depuis 2017, il est membre du comité exécutif fédéral de la FREIE WÄHLER. Il est également président de la commission des affaires fédérales et européennes et des relations régionales et membre suppléant du Comité européen des régions.

À quoi ressemble votre travail en tant que membre du Comité européen des régions (CdR) ?

Les membres du CdR sont des défenseurs des intérêts régionaux et des fournisseurs d'idées pour des initiatives favorables à la région. C'est précisément là que se situe l'axe de mon travail : œuvrer concrètement pour une Europe des citoyens et des régions qui porte bien son nom.

Vous êtes également président de la commission des affaires fédérales et européennes et des relations régionales au Parlement de l'État de Bavière. Comment conciliez-vous ces deux rôles ?

Le déluge de nominations rend parfois la tâche difficile - et la pandémie de Corona, entre autres, ainsi que ses nouvelles options numériques, ont facilité le travail du CdR. Mais j'aime aussi me concentrer sur Bruxelles, en profitant de ma présence pour tenir de nombreuses autres réunions. Heureusement, le réseau européen n'est pas nouveau pour moi : j'ai travaillé pendant des années en tant que fonctionnaire parlementaire à Bruxelles.

Le niveau local est-il le bon pour rapprocher l'Europe de ses citoyens ?

Contre-question : où, sinon au niveau local et régional ? Cela s'applique en particulier à la conférence sur l'avenir de l'UE. Il n'est pas logique que l'Europe laisse ce groupe de réflexion se débattre dans son propre brouet bruxellois. Nous avons besoin que les membres du CdR et les parlements régionaux soient des éléments actifs de la conférence. Nous avons besoin d'une variété d'événements locaux - et non de grandes affiches dans le quartier européen de Bruxelles.

Comment l'Union européenne peut-elle soutenir les Länder et les régions d'Allemagne ?

L'Europe doit prendre les régions - et plus encore les parlements des Länder ayant des fonctions législatives - très au sérieux et les impliquer comme interlocuteurs directs. La Commission a fait de grands progrès dans ce domaine depuis le groupe de travail Timmermans. Le Parlement européen a encore un potentiel de développement dans ce domaine. Nous devons également renforcer et réformer davantage le CdR.

Quelle est votre position sur le dialogue entre les régions européennes, dans votre cas l'Autriche par exemple ?

En tant que président de la commission des affaires européennes, la coopération régionale avec la République tchèque et l'Autriche est très importante pour moi. Cela se traduit désormais aussi par des rencontres personnelles et de véritables amitiés. Surtout en période de pandémie de Corona, j'ai pris encore plus conscience de la valeur des relations personnelles. Le CdR et notre PDE constituent également un formidable terreau pour des amitiés européennes particulières qui ont un impact politique.