S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

La Commission de la pêche demande que la mer et les fermes soient incluses ensemble dans la stratégie européenne pour un système alimentaire durable

Peche.png

La commission de la pêche du Parlement européen a adopté lundi un rapport pour lequel notre eurodéputée basque Izaskun Bilbao Barandica (EAJ-PNV) est rapporteur, dans lequel ont été incorporés 20 accords (engagements) majeurs obtenus par les principales forces du parlement européen. Ce rapport fera partie des matériaux qui seront analysés par les commissions de l'environnement et du développement régional afin de rédiger le rapport final sur cette stratégie alimentaire.

L'inclusion des produits de la pêche et de l'aquaculture dans la dénomination de la stratégie européenne visant à promouvoir un système durable de production et de distribution de denrées alimentaires est la demande par laquelle la commission de la pêche du Parlement européen résume son insatisfaction quant au contenu de l'initiative "De la ferme à la fourchette". Si cette initiative est approuvée, ce plan communautaire s'intitulerait "De la mer et de la ferme à la table" et intégrerait des contributions relatives à la qualité des protéines de la mer, aux méthodes les plus durables pour les obtenir et aux processus de traçabilité et d'étiquetage qui garantissent leur origine et leur qualité aux consommateurs.

La majorité des membres de la commission de la pêche du Parlement européen regrettent que le secteur de la pêche, qui est un élément fondamental de la chaîne de production alimentaire dans l'Union européenne, soit "absent" de la stratégie "De la ferme à la table" et demandent que celle-ci, si elle veut être complète, change de nom pour devenir "De la mer et de la ferme à la table". Cette proposition résume un malaise très profond de l'ensemble du secteur de la pêche avec la proposition initiale de la Commission qui est précisée dans 19 autres contributions dans lesquelles les grands groupes sont d'accord et qui devraient se retrouver dans le rapport final.

Parmi les points réclamés figure la nécessité de mettre en œuvre un système efficace de traçabilité des captures et de la production aquacole qui garantisse l'information que les consommateurs reçoivent sur l'origine du poisson qu'ils consomment. Outre l'effet positif de la traçabilité sur la chaîne d'approvisionnement alimentaire, la traçabilité peut également être un outil efficace contre la pêche illégale, non déclarée ou non réglementée.

Notre députée basque Izaskun Bilbao Barandica, rapporteur du rapport, s'est félicitée du résultat du vote. "Aujourd'hui, au sein de la commission de la pêche, nous avons exigé que le secteur de la pêche soit reconnu comme un élément fondamental de la stratégie européenne visant à rendre notre système de production et de distribution alimentaire plus durable. Nous voulons que cette stratégie s'intitule "De la mer et de la ferme à la fourchette", car les pêcheurs sont les "gardiens et protecteurs de la mer", tout comme les agriculteurs et les éleveurs sont reconnus comme les "gardiens de la terre". La mer produit des protéines de haute valeur et de haute qualité. Une stratégie alimentaire européenne cohérente doit reconnaître cette réalité et soutenir et renforcer la durabilité et l'implication des professionnels de la pêche et de l'aquaculture dans les chaînes de valeur. Les professionnels de la pêche et de l'aquaculture ont tout intérêt à rendre leur activité durable et méritent une reconnaissance sociale pour les efforts qu'ils déploient à cette fin. Protéger et soutenir leur point de vue et garantir aux consommateurs que ce qui arrive sur leur table est le fruit de cet effort est une garantie pour la stratégie européenne de production alimentaire".