S'inscrire à notre newsletter

Retour sur la semaine de notre délégation parlementaire à Washington

Il est particulièrement important pour les Démocrates des deux côtés de travailler plus étroitement ensemble.

La gestion du trafic à Bilbao comme exemple européen pour améliorer la sécurité routière urbaine.

A fast driving blue speeding truck with motion blur effect near the traffic sign limiting the maximum speed to 30 kph

Le 4 octobre 2021, le Parlement européen a débattu d'un rapport sur le cadre politique de l'UE en matière de sécurité routière pour la période 2021-2030. Ce cadre comprend une série de recommandations sur les prochaines mesures à prendre aux niveaux européen, national, régional et local pour progresser vers la "Vision zéro", c'est-à-dire l'éradication des décès et des blessures graves sur les routes. Chaque année dans l'Union européenne, on dénombre un million d'accidents routiers et urbains. En 2019, ces accidents ont fait 23 000 morts et 120 000 blessés graves.

L'eurodéputée basque Izaskun Bilbao Barandica (EAJ-PNV) a encouragé l'Union européenne à renforcer son engagement à promouvoir la sécurité routière dans les zones urbaines en utilisant l'exemple de Bilbao. La capitale biscayenne a obtenu ce printemps une reconnaissance européenne pour avoir été la première ville de sa taille à introduire une limitation de vitesse à 30 km/h dans tout le centre-ville, ce qui a permis de réduire le taux d'accidents de 30 %. De même, elle a appelé à une tolérance zéro envers les conducteurs ivres ou drogués et à une connexion fonctionnelle entre les véhicules et les infrastructures grâce à la numérisation.

Izaskun Bilbao Barandica, membre de la commission des transports et du tourisme du Parlement européen, a insisté sur la nécessité pour les réseaux transeuropéens de transport d'accélérer la numérisation en tant qu'outil de sécurité routière. A l'heure où la législation européenne oblige les véhicules à intégrer des équipements de sécurité automatisés, un effort parallèle doit être fait au niveau des infrastructures car "une connexion productive entre les infrastructures et les véhicules rendra les routes plus sûres et nous fournira beaucoup d'informations pour les améliorer". Tels sont les engagements réglementaires et financiers que l'Union peut prendre en faveur de la sécurité routière, qui nécessite de meilleurs indicateurs et une plus grande coordination entre les autorités des États membres".

Enfin, la représentante basque a appelé à un effort particulier dans les villes, qui connaissent une profonde transformation en termes de mobilité dans laquelle la marche et le vélo jouent un rôle croissant. " Dans cet environnement, a-t-elle conclu, il est urgent de mieux protéger les piétons et les cyclistes pour promouvoir une mobilité plus durable en toute sécurité ". Bilbao, récompensée par la Commission pour avoir été la première ville européenne à mettre en place une limitation à 30 km/h dans tout le centre-ville, a évité en un an, grâce à cette mesure et à d'autres, un accident sur trois qui était enregistré dans ses rues".