S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

La question de la mobilité européenne avec Erasmus +

Laurence Farreng MEP at EDP Council

Laurence Farreng, députée européenne française, nous explique l'importance du programme Erasmus + pour favoriser la mobilité des apprentis en Europe.

Erasmus, tout le monde connaît. Un programme de mobilité pour les étudiants. Eh bien non, c’est plus que cela. Erasmus +, c’est un programme de mobilité pour tous les jeunes quelques soient leurs cursus et même quelques soient leurs âges puisqu’on peut partir dès le primaire.

Ce que j’ai beaucoup travaillé au sein d’Erasmus +, c’est la question de la mobilité européenne des apprentis. Pourquoi ? Parce que la mobilité, on le sait, mène à l’emploi. Elle permet d’acquérir des nouvelles compétences formelles et informelles : la langue, l’adaptabilité, la rencontre de nouvelles cultures. On rentre plus riche et donc plus employable. Donc Erasmus +, c’est désormais un programme qui a été doublé sur sa partie budgétaire et surtout qui a intégré deux nouvelles catégories de citoyens et de jeunes. L’apprentissage notamment.

Faire partir les apprentis, c’est compliqué. C’est compliqué parce que nous n’avons pas cette culture dans nos entreprises et parce que nous avons beaucoup de fonctionnements différents à l’échelle européenne. Maintenant, avec Erasmus +, les mobilités longues des apprentis sont permises, c’est à-dire que ça permet de donner des bourses aux jeunes qui sont éligibles à ces programmes. Il faut que les entreprises s’en saisissent. Il faut que les centres de formation des apprentis s’en saisissent. Et c’est comme ça qu’on va bâtir cette Europe de l’apprentissage pour qu’encore une fois, plus de jeunes, toujours plus de jeunes puissent partir se former, acquérir des compétences formelles et informelles, acquérir des langues et une adaptabilité pour le monde du travail.

Moi-même, je travaille au sein de la fondation Euro App Mobility pour convaincre nos chefs d’entreprises, les CFA de simplifier tout le dispositif et de permettre ces mobilités longues pour acquérir de nouveaux profils mais surtout parce que l’Union européenne a besoin de mettre en ligne toutes ces compétences pour la transition écologique et pour tous les progrès sur le numérique.

Retrouvez l'entretien en entier sur le site de notre membre français Mouvement Démocrate