S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

Célébrons l'amitié franco-allemande

Oped YDE

Le 22 janvier. Une date vaut mille mots. Depuis 1963 avec le traité de l'Elysée, renforcé en 2019 par celui d'Aix-La-Chapelle, les chefs d'État français et allemand personnifient l’amitié entre nos pays grâce à des accords bilatéraux. Les guerres et les combats sont terminés, la coopération est désormais le maître mot de nos relations.

Ce 22 janvier, nous, jeunes citoyens de ces deux pays, appelons à une plus grande intégration entre nos deux peuples.

Si nos dirigeants ont signé la paix, ce sont leurs citoyens qui ont fait de cette amitié une réalité. Bien sûr, l'Union européenne a contribué à ce processus en offrant la liberté de circulation et d'entreprise entre nos deux pays. Mais ce sont les associations, les enseignants, les maires des petites villes, les artistes de talent ou les patrons d'entreprises de part et d’autre de la frontière qui ont fait changer les mentalités et pansé les blessures de siècles de préjugés.

Grâce à l'Office franco-allemand de la jeunesse (OFAJ), 9 millions de jeunes se sont rencontrés au cours des six dernières décennies. L’OFAJ a réussi à combler le fossé entre nos peuples en renforçant l'échange culturel des étudiants. Nous soulignons le superbe travail réalisé par l'OFAJ ainsi que tous les jumelages qui nous ont enrichis et nous ont appris à respecter nos différences. Plus on est de fous, plus on rit ! Nous devons élargir ces collaborations afin d'inclure la plupart des jeunes, en particulier dans les régions transfrontalières, dans ces programmes.

Plus que cela, la relation franco-allemande doit être centrée sur chaque citoyen : faire tomber les derniers stéréotypes et clichés; dire à chaque jeune Français qu'apprendre l'allemand n'est pas une punition mais une chance pour une mobilité européenne; expliquer aux Allemands que les Français ne sont pas paresseux parce qu'ils lancent des grèves mais parce que c'est dans leur nature même de mobiliser; mieux se comprendre est au cœur de toute relation, nous devons promouvoir encore plus nos langues, surtout après le Brexit.

La coopération franco-allemande est établie depuis des décennies, et ce, aussi par l’intermédiaire des citoyens de nos deux pays. Les efforts entrepris doivent perdurer: nous devons encourager les échanges interculturels entre les plus petits d’entre nous afin qu’ils ne soient plus de simples spectateurs d’un match entre les Bleus et la Mannschaft, mais pour qu’ils deviennent de vrais acteurs du franco-allemand. Cela leur permettrait, par le biais de compétitions sportives transfrontalières par exemple, d’apprendre sur le terrain de la culture de « l’Autre » et de stimuler leur apprentissage de l’Europe.

Enfin, en tant que membres d'organisations politiques de jeunesse, nous ne pouvons pas laisser la politique derrière nous. La création de l'Assemblée parlementaire franco-allemande en 2019 est une magnifique avancée qu'il convient de souligner. Dans son sillage, nous pouvons rapidement évoluer vers une Assemblée parlementaire franco-allemande de la jeunesse qui prendrait des résolutions et donnerait des orientations pour les politiques qui concernent les jeunes français et allemands.

Au sein de nos propres organisations politiques également, nous pouvons agir pour améliorer l'amitié franco-allemande. Nous profitons de ce 22 janvier pour nous rapprocher de nos homologues de l’autre côté du Rhin. Ces rencontres nous permettront de mieux nous connaître et de mieux connaître le contexte politique. Nous aimerions également nous fixer un rendez-vous pour l'année prochaine, où nous pourrons échanger davantage et présenter nos actions lors d'un événement commun.

Parce que nous sommes aussi bien français et allemands qu'européens, parce que la coopération signifie une meilleure compréhension, nous plaidons fortement pour une intégration plus étroite entre nos deux pays. Les dirigeants et les institutions ont fait et font encore leur part, nous pensons qu'il est maintenant temps pour la jeunesse de prendre notre destin en main. Comme nos liens se renforceront au fur et à mesure que notre amitié se développera, nous comptons sur chaque jeune pour faire de la coopération franco-allemande une réalité quotidienne. 

Liste des signataires :
Auguste OTT Président, Jeunes Démocrates - Emile LUSIGNAN Vice-président, Jeunes Démocrates en charge de l'Europe - Emilie CRENNER Responsable régionale, Jeunes Démocrates Grand Est - Camille PETITJEAN Présidente, Jeunes Démocrates Alsace - Asier AREITIO Président, Jeunes Démocrates Européens - Ugo ROSTAING Secrétaire général, Jeunes Démocrates Européens - Sergio SOARES Porte-parole, Jeunes Démocrates Européens - François DOGON Membre du Bureau, Jeunes Démocrates Européens - Jessica KLUG Membre du Bureau, Jung Freie Wähler - Joshua WITTMANN Président, Jung Freie Wähler Baden-Württemberg - Lisa JECKEL Présidente, Jung Freie Wähler Rheinland-Pfalz