S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

Fonds Social pour le Climat : assurer une transition climatique qui ne laisse personne de côté

Portrait Vedrenne

Les Démocrates européens se félicitent de l'approbation en plénière du rapport sur l'établissement d'un Fonds social pour le climat, qui vise à être l'instrument de l'UE garantissant que la transition verte ne laisse personne de côté. Le fonds fonctionnera pendant huit ans, à partir de 2024, afin de soutenir les ménages, les usagers des transports et les microentreprises les plus vulnérables qui seront confrontés à l'augmentation des coûts de l'énergie et des transports qui devrait résulter de l'extension du système d'échange de quotas d'émission (ETS) à deux nouveaux secteurs, à savoir celui des bâtiments commerciaux et celui du transport routier.

Le "Green Deal" de l'UE a reconnu la nécessité d'une transition socialement juste qui doit se refléter dans les politiques au niveau de l'Union et au niveau national. À cet égard, notre groupe politique au Parlement européen, Renew Europe, a plaidé en faveur d'un Fonds ambitieux et efficace ciblant ceux qui en ont le plus besoin, en évitant un transfert de fonds des microentreprises et des citoyens vulnérables vers un nombre illimité de grandes entreprises. Cela aurait conduit à une dispersion trop large des fonds disponibles, diluant le soutien à ceux qui souffriraient le plus de la hausse des prix de l'énergie, sapant ainsi la valeur ajoutée du Fonds. De même, notre groupe a veillé à ce que les citoyens vulnérables et les plus petites entreprises puissent bénéficier directement du Fonds avant que les investissements à long terme ne portent leurs fruits.

De même, Renew Europe a négocié âprement en vue de préserver les engagements budgétaires de l'Union tout en veillant à ce que le décaissement de l'argent de l'UE soit lié à des cadres politiques solides au niveau national, notamment la mise en œuvre correcte du nouveau système d'échange de quotas d'émission. Elle a également défendu une approche pragmatique et inclusive en ce qui concerne la gestion du Fonds, en incluant les autorités locales et régionales dans la préparation des plans nationaux.

L'eurodéputée française Marie-Pierre Vedrenne (Mouvement Démocrate), rapporteur fictif EMPL de Renew Europe sur ce dossier, a déclaré : "Ce Fonds social pour le climat est la preuve de notre engagement et de notre détermination à être aux côtés des plus vulnérables dans la transition vers une économie climatiquement neutre. Il n'y aura pas de transition climatique sans justice sociale. L'Europe tient sa promesse de ne laisser personne de côté".