S'inscrire à notre newsletter

Retour sur la semaine de notre délégation parlementaire à Washington

Il est particulièrement important pour les Démocrates des deux côtés de travailler plus étroitement ensemble.

"Une nouvelle menace pour l'Europe."

Kabul.Kaboul
Farin Sadiq

La situation en Afghanistan prend de l'ampleur chaque jour. Après le retrait des troupes américaines et européennes et la prise de la capitale Kaboul par les talibans peu après, la question qui se pose maintenant est la suivante : que se passe-t-il ensuite ? Les Démocrates européens se sont exprimés sur la situation.

Le secrétaire général du Parti Démocrate européen, l'eurodéputé Sandro Gozi, a exigé : « L'UE doit tirer rapidement les leçons de la tragédie actuelle. L'arrivée des talibans à Kaboul, c'est le retour de l'obscurantisme et une nouvelle menace pour l’Europe.»

Face à l'inactivité de beacoup des leaders politiques, il a ajouté: "Stop à l’indécence caricaturale des élus. Il faut agir. Je ne veux pas revivre ce que j’ai vécu en 2015 et égrener encore autant de cadavres. Voir autant de familles brisées par la disparition d’un proche. Nos concitoyens attendent autre chose de leurs élus. Il faut en finir avec les invectives télévisées et les joutes sur les réseaux. En vue de la présidence française de l’Union européenne qui débutera en janvier 2022, il est urgent de TOUS nous rassembler pour travailler ensemble sur un véritable Plan de l’Union européenne sur la Migration et l’asile. Ne revivons pas 2015."

Engin Eroglu, notre député européen allemand, a exprimé son indignation face à cette situation : "Je ne comprends absolument pas ce qui se passe au sein du gouvernement fédéral [allemand] et des autorités à Berlin. Un jour après le début du retrait [des troupes], il était clair ce qui allait se passer. Il n'y avait pas d'autre scénario possible."

Le 9 août, le membre de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l'Afghanistan avait déjà demandé le sauvetage immédiat des afghans ayant travaillés pour les troupes occidentales, ainsi que la suspension des expulsions de réfugiés vers l'Afghanistan.

"Nous condamnons toutes les attaques contre les droits de l'homme et appelons les nouvelles autorités afghanes à respecter et à protéger le droit humanitaire international et à défendre les droits et libertés de tous leurs citoyens", a déclaré l'EAJ-PNV, notre parti membre basque.

"Nous appelons l'ensemble de la communauté internationale à agir de manière décisive et unie contre la menace terroriste mondiale, à empêcher l'Afghanistan de devenir une plateforme pour le terrorisme international, et à veiller au respect des droits de l'homme."

Ils poursuivent : "Nous lançons un appel aux Nations unies, mais aussi aux autres pays et en particulier à l'Union européenne, pour défendre nos valeurs universelles, apporter un soutien et une assistance humanitaire aux civils, assurer la présence et la participation des acteurs humanitaires sur le terrain, et faciliter l'accueil international de tous les réfugiés d'Afghanistan qui souhaitent quitter leur pays à la recherche d'un nouvel avenir plus prometteur."

En conclusion, l'EAJ-PNV a exprimé sa solidarité envers les femmes et les enfants afghans en particulier.